Nancy

609
Présentation1

« J’ai arrêté de faire la vie il y a un an. Trop de violences, trop de filles qui sont violées, trop de filles qui se font taper durement, très durement.
Je n’étais plus capable de supporter. Trop de choses dures à Pointe-Noire. Parfois les garçons te font monter dans leur voiture, ils te proposent trop d’argent. En fait c’est un homme-sirène. C’est de la franc-maçonnerie, de la magie noire. Si tu n’es pas attentive il va prendre ta chance.
Les hommes-sirènes vivent en mer et ils viennent en ville pour faire ce qu’ils ont à faire. Ils se transforment, exactement comme les vipères. Une fois j’étais en voiture avec une amie et deux hommes, et cette amie a vu changer le regard d’un des deux hommes. Elle m’a dit « Ce n’est pas une personne qui vit ici, dans la ville ! » et on a cherché à fuir. Y’a trop de sirènes par ici ! »

Extrait de Ndako ya Elykia Le foyer des filles Vaillantes – Atelier d’écriture à Pointe-Noire ASI Congo

Avec l’aimable autorisation d’Arno Bertina.

4
· ·


Articles & les commentaires associés

Laissez-nous un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *