Alex

758
alex

J’aperçois une trace de mascara mal effacé au-dessus de sa paupière. Elle m’explique et j’observe les gestes précis de ses mains qui me désignent les parois des murs. Plusieurs sont passés faire des devis. Et je choisis Alex. Au deuxième rendez-vous, quand il faut choisir l’emplacement précis des prises, Alex, qui ne s’appelle pas encore Alex, m’explique tout. A quarante ans, mon électricien en crève tellement d’être un homme qu’il veut en mourir. Lui, père de deux filles, n’en peut plus de vivre la vie de quelqu’un d’autre. Il me dit tout. Sa détestation. Son désir. Ses secrets. Après avoir manqué de mourir, il a décidé de choisir la vie. Mon électricien veut être lui-même. Mon électricien veut devenir Alexandra. La première fois qu’elle me rend visite, elle est sublime. J’en chiale encore de son émotion, parce qu’on l’avait appelée madame. Elle porte une chemise, elle s’est manucurée, elle ondule dans une jupe en jean et exécute un pas de danse sur ses jambes magnifiquement galbées d’un collant couleur chair. Elle est si heureuse, si heureuse que je comprends toute sa souffrance passée. Les travaux sont terminés. Un jour, je reçois un mail. Ça y est, elle est opérée. Elle m’écrit : « j’ai chialé comme une petite fille ». J’ai fait pareil.

Dalie

9
· · ·


Articles & les commentaires associés

Laissez-nous un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *